Le commerce de centre-ville : voué à disparaître ou toujours indispensable ?

« Bail à céder », « Fermeture définitive »… des pancartes qui fleurissent dans de nombreux centres-villes français. Selon l’Institut pour la Ville et le Commerce, en 2020, le taux de vacance moyen en centre-ville atteindrait même les 12,5 %. La vacance commerciale apparait comme un phénomène complexe, aux multiples causes. Le commerce de centre-ville est-il toujours indispensable ? Est-il voué à disparaître ou est-il simplement appelé à se renouveler ?

Commerces en centre-ville : un lent déclin

La vacance commerciale augmente régulièrement dans les centres-villes depuis les années 2010 et gagne en moyenne un point par an. Elle touche plus particulièrement les petites villes de moins de 50 000 habitants et les villes moyennes entre 50 000 et 100 000 habitants.

Vacance commerciale en centre-ville : quelles causes ?

Première cause de cette situation : une désertification globale des centres-villes, notamment des populations urbaines qui se sont donc installées dans les périphéries des villes. Cet essor des zones périurbaines a renforcé le développement des commerces attractifs en périphérie. Elle a notamment engendré l’essor des « retail parks », ces zones où l’on peut retrouver l’ensemble des commerces et services de centre-ville et qui jouissent de nombreux avantages, dont la facilité d’accès et de parking. Nombreux également sont ceux qui pointent du doigt une surreprésentation significative en centre-ville des activités de l’équipement de la personne (mode, chaussures, accessoires, parfumerie…). Les grandes enseignes de ce secteur, en difficulté depuis plusieurs années, sont nombreuses à baisser le rideau.

Commerce local : quel impact de la crise sanitaire ?

Qui plus est, le commerce de centre-ville a été le secteur le plus affecté par la perte de mobilité et les craintes engendrées par la crise sanitaire. Le Covid-19 a accéléré la mutation du paysage commercial et par conséquent, dégradé encore le taux de vacance des commerces des centres-villes. Le contexte sanitaire a engendré un changement profond des habitudes de consommation, comme la montée du « fait-maison » ou de la consommation responsable, mais également accéléré l’essor du e-commerce.

Commerce local : quel avenir ?

Les commerces de centre-ville indispensables

Pouvoirs publics et commerçants restent pourtant unanimes : le commerce est essentiel pour l’animation des centres-villes des villes moyennes. Revenir en centre-ville revêt un intérêt non négligeable pour tous : réduction des temps de transport, gain financier, gain de temps, lien social, etc. Le devenir des centres-villes dépend désormais de l’adaptation des acteurs du commerce à l’évolution récente des modes de vie et de consommation. Pour cela, municipalités, État et commerçants cherchent à innover.

Une stratégie globale sur le cœur de ville

Pour redynamiser le centre-ville, quels sont les leviers d’actions ? Commerce de centre-ville et qualité de l’environnement urbain sont intimement liés. C’est pourquoi différents dispositifs globaux ont été mis en place pour revitaliser les centres des villes moyennes, notamment grâce au programme « Action cœur de ville » engagé en 2018. Il agit principalement sur la facilité de rejoindre les centres-villes et le plaisir de les fréquenter : renforcement des transports collectifs, équilibre entre automobile et piétons, organisation d’évènements culturels, présence d’activités de loisirs, etc.

Repenser le commerce de centre-ville

Aujourd’hui, on le sait, le commerce n’est plus le moteur principal des centres-villes. On s’y retrouve aussi et surtout pour le lien social ou encore la culture… Pour stopper l’hémorragie, l’offre des commerçants cherche donc à s’adapter. C’est la raison pour laquelle une forme de commerces « nouvelle génération » voit actuellement le jour : commerces de produits dits de « circuit court » et respectueux de l’environnement ou encore mélange d’activités au sein d’un même lieu. Les concepts novateurs fleurissent : restaurant solidaire, salon de thé/épicerie locale, coffee shop/magasin de jeans, café/coworking et autres tiers-lieux… visant à apporter ce qui fait défaut au commerce en ligne ou aux grandes surfaces : une expérience client plus qualitative misant sur l’humain et la convivialité.

Fika vous accompagne dans la vente ou l’acquisition d’un local commercial en pieds d’immeubles et retail parks, sur les agglomérations toulousaine et bordelaise.

Contactez-nous.

torro

© FIKA, vous accompagne dans vos cessions et acquisitions sur les agglomérations toulousaine et bordelaise – Site réalisé par Com en Scène. Mentions légales – Politique de protection des données

Quels sont vos besoins ?